ODWS logoThe Open Door Web Site

LE CRIME NE PAIE PAS

a French reader by Huguette Zahler

Chapitre 14 : A la Cité Universitaire

MAP14 
 

Depuis sa rencontre avec la jeune Américaine de la BNF, Jacques était très amoureux.

Elle s’appelait Liz et venait de Pensylvanie où elle suivait des cours de littérature française à l’Université.

A Paris, elle habitait à la Cité UniversitaireLa cité universitaire du Boulevard Jourdan est un lieu d’accueil pour les étudiants étrangers qui viennent faire des recherches et étudier à Paris. Elle a été construite entre 1925 et 1948, et est née de la volonté pacifiste d’humanistes idéalistes : André Honnorat, Paul Appell et Emile Deutsch de la Meurthe. Les fondateurs de chaque maison pouvaient choisir leur style d’architecture., Boulevard Jourdan. Elle avait eu la chance d’avoir une chambre à la Fondation des Etats-Unis, juste en face de la station de RERLe réseau express régional est un métro rapide qui relie Paris à la banlieue dans toutes les directions. et du tramwayUn tramway est en construction autour de Paris pour désengorger la circulation. Il n’est pas encore terminé..

Jacques la voyait dès qu’il était libre et, ce jour-là, elle l’attendait d’un air inquiet.

 

JACQUES

Et bien, qu’est-ce qui ne va pas?

LIZ

Je suis très inquiète.

JACQUES

Pourquoi?

LIZ

C’est au sujet de la fille qui habite dans la chambre à côté de la mienne.

JACQUES

Une Américaine?

LIZ

Non, une Française, Elodie. L’été il y a des chambres de libres et des étudiants viennent souvent de province pour suivre un cours en juillet et août. Elle vient de PerpignanC’est une ville du sud-ouest de la France, très près de l’Espagne..

JACQUES

Et alors? Quel est le problème?

LIZ

Je crois qu’elle m’a volé des trucs

JACQUES

Des trucs? Quoi par exemple?

LIZ

Un flacon de parfum, un T shirt et une tasse.

JACQUES

Tu en es certaine?

LIZ

Oui, je les ai vus chez elle, je n’ai pas osé lui en parler, elle est très sympa!

JACQUES

Elle est peut-être kleptomane?

LIZ

Oui, justement. A chaque fois que je vais chez elle, je vois des choses nouvelles et je sais qu’elle n’a pas d’argent du tout! Je m’inquiète car, si elle continue, elle risque de se faire prendre, dans un magasin par exemple. Je me moque bien de ce qu’elle m’a volé mais j’ai peur pour elle!

JACQUES

Tu veux que Jean-Pierre et moi nous en occupions?

LIZ

Oui, ce serait super sympa de votre part….Vous avez le temps?

JACQUES

Notre boulot, c’est la protection des «Jeunes» et ta copine Elodie, elle est jeune, donc c’est bien pour nous!

   

Le lendemain, à 9 heures, Jacques et Jean-Pierre étaient en faction devant la porte de la Fondation des Etats-Unis, boulevard Jourdan. Liz leur avait dit qu’Elodie (dont elle leur avait montré une photo prise quelques semaines plus tôt) partait toujours à la même heure : 9h 30 du matin. En effet, à 9h30 la jeune fille quittait l’immeuble, se dirigeant vers l’arrêt du Tramway.

   

JEAN-PIERRE

C’est facile de la suivre, elle ne nous connaît pas!

JACQUES

Oui, bien sûr, mais il faut quand même faire attention, si elle n’a pas la conscience tranquille, elle risque de se méfier

A la station Porte d’Orléans, la jeune fille se préparait à descendre, toujours suivie par nos deux amis.

JEAN-PIERRE

As-tu remarqué que son sac à dos est très plat?

JACQUES

Oui mais elle n’a peut-être qu’un cours aujourd’hui, un cours pour lequel elle n’a pas de gros bouquin.

JEAN-PIERRE

Peut-être…….

JACQUES

Elle n’est pas pressée en tout cas!

JEAN-PIERRE

Oui, elle aime regarder les devantures des magasins…..

JACQUES

Je te parie qu’elle se dirige vers le grand MonoprixUne chaîne de magasins où l’on peut acheter tous les produits courants : alimentation, vêtements, produits d’entretien etc. du coin de la rue d’Alésia…

   

Jacques avait raison. Elodie venait d’y entrer et flânait dans les divers rayons. Nos amis la suivaient discrètement, sans rien remarquer d’anormal dans sa conduite.

Ensuite, tout s’est passé très rapidement. Ils étaient dans le magasin depuis une dizaine de minutes quand un vigile s’est précipité sur la jeune fille.

   

LE VIGILE

Mademoiselle, vous pouvez vider votre poche droite?

ELODIE

(très pâle) : Ma, ma poche droite?

LE VIGILE

Oui, vous venez de prendre un téléphone portable à l’étalage et ……

 

Jacques et Jean-Pierre se sont alors précipités et, montrant leurs cartes de policiers de la BPJ:

 

JACQUES

C’est bon, nous nous en occupons.

LE VIGILE

Ah bon, et pourquoi vous? Cela fait des semaines que je la surveille mais elle est très astucieuse!

JEAN-PIERRE

Oui, nous le savons, ne vous inquiétez pas, tenez, voici le portable, nous emmenons cette jeune fille.

   

Pendant ce temps, Elodie était devenue de plus en plus pâle, au point que Jean-Pierre a dû la soutenir, lui murmurant à l’oreille:

   

JEAN-PIERRE

Nous sommes des amis, n’ayez pas peur.

   

Après avoir quitté le Monoprix, c’est vers un café que nos deux amis se sont dirigés, Jean-Pierre soutenant toujours la jeune fille effrayée.

   

ELODIE

Vous allez m’arrêter? Je vais faire de la prison?

JACQUES

Pour le moment, venez prendre un café, on va bavarder

 

Au café, Elodie s’était un peu calmée, mais elle pleurait doucement, s’essuyant les yeux avec les kleenex que Jean-Pierre lui passait.

 

JACQUES

Alors, pourquoi volez-vous? Vous aviez besoin d’un téléphone portable?

ELODIE

Non, j’en ai un. Je ne sais pas, c’est plus fort que moi.

JEAN-PIERRE

Il y a longtemps que vous faites cela?

ELODIE

Un an ou deux, j’ai commencé à Perpignan…….

JACQUES

Et vous n’avez jamais été prise?

ELODIE

Si, par un vigile.

JEAN-PIERRE

Vos parents l’on su?

ELODIE

Oui, la police m’a ramenée à la maison. Mes parents étaient effondrés. J’ai promis de ne jamais recommencer.

JACQUES

Mais, arrivée à Paris, vous l’avez fait! Vos parents sont très pauvres?

ELODIE

Non, pas du tout, ils sont profs tous les deux.

JEAN-PIERRE

Elodie, vous avez besoin d’une aide psychologique. Si je vous trouve quelqu’un de bien, vous accepterez de vous faire soigner

ELODIE

Oui, au contraire, j’ai essayé toute seule mais je n’ai pas pu…..

JACQUES

Et bien, c’est d’accord, je vous trouve de l’aide et vous arrêterez, j’en suis certain car, vous le savez bien, LE CRIME NE PAIE PAS!

 

 
 

14th Arrondissement: Observatoire (53rd quartier: Montparnasse, 54th quartier: Parc-Montsouris, 55th quartier: Petit-Montrouge, 56th quartier: Plaisance)

 
 

Privacy Policy

Copyright Information

Sponsored Links

Sponsored Pages

Donating to the ODWS

Advertising on the ODWS